On ne peut pas avoir accompagné une des plus belles plumes du rap francais sans avor, ne serait-ce qu’un soupçon de talent. Backeur d’Oxmo Puccino depuis ses débuts, Bauz’ a également prouvé son habilité lyricale en solo ou featuring.

Avant les concerts d’Oxmo, pour tester les voix, il fallait rapper et je m’en chargeais. On me sollicitait, en me disant que c’était plutôt pas mal, mais moi, je n’ai jamais pris la confiance en me disant voila c’est bon, je suis rappeur ! disons que maintenant, après ces expériences, je me lance.

Pour La Coupe des Vices, cette fois, plus de retenue, c’est du 100% Bauza. C’est la première fois que je lance autant de titres. Ce n’est pas la même écriture, il faut faire attention à ne pas se repéter, bien choisir les instrus et je préfère passer cette étape avant de sortir un album.

L’originalité du projet et de l’artiste est mis en valeur par 2 titres détonnants, Sans Religion tout d’abord puis R.M-illion.

Lors de l’écriture de Sans Religion, je ne pensais pas faire un titre polémique et ce n’est en aucun cas une critique. C’est juste un constat de la pratique : si l’on se tenait plus souvent aux écrits, les gens se porteraient peut être mieux…chacun vit comme il veut. R.M-Illion est une réponse claire à ceux qui se demandent comment sont rémunérés les artistes, comment vivent-ils…ça ne regarde que nous. Seules nos oeuvres sont publiques…

Et si pour le moment Bauza n’a que son blaze de célèbre, il risque d’en être autrement après cette première Coupe.